Presse-

LES FLEURS DE LA COLLECTION.

Avec l’arrivée de l’été, nous ne pouvions passer à côté d’un article sur les fleurs, qui sont très présentes dans nos collections. En période de floraison, les effluves printanières
annoncent déjà la chaleur estivale !

Chez Maison MACCI, nous avons la chance d’habiter une île exceptionnelle, qui regorge de surprises, de couleurs, et de senteurs. Et d’autant de souvenirs qui y sont associés.
En collaboration avec un spécialiste de la flore insulaire, chaque fleur, chaque baie, a été sélectionnée et reproduite pour créer un imprimé coloré et surprenant.

En attendant le lancement de notre collection capsule (le Lundi 11 Juin 2018 ! notez la date !), voici un peu de poésie ;

 

Tout d’abord, le safran, rare et exceptionnel,
Aux couleurs de corail, comme un rappel,

Puis le lys couleur soleil, léger et élégant,
Majestueux, sans prétention, flamboyant,

En grappes de fleurs orangées, le lantana,
Plein de bonté, porteur de rires et cris de joie,

Et Vénus s’est invitée, avec son myrte endémique,
Empli d’amour, de désir, sacrée plante atypique,

Pour finir, une fleur aussi éphémère, que précieuse,
Un ciste aux pétales fragiles et colorés, une ambitieuse.

COMMENT SONT FABRIQUEES LES PIECES MAISON MACCI ?

Le processus de production de la collection Maison MACCI rassemble des talents pour proposer des pièces aux finitions impeccables. Marie est complètement autodidacte ! Elle n’a pas été formée à la couture ni fait des études de modélisme. Avant de se lancer, elle s’est beaucoup documentée. Puis elle a rencontré sa couturière, qui lui a appris les techniques de couture. Aujourd’hui, elle connaît toutes les techniques sur le bout des doigts.

« Maintenant lorsque je dessine, je visualise le produit : je forme mon croquis, puis j’assemble les tissus sur le mannequin de couture, afin d’avoir une idée du rendu, pour qu’il
soit le plus réel possible. Ensuite, direction l’atelier de confection, où je définis avec ma couturière toutes les modifications à apporter. »

Une fois le prototype validé, il faut définir les gradations, c’est-à-dire les tailles. La Maison MACCI propose des tailles françaises, du 34 au 42/44.

« Je fais appel à mon entourage pour les essayages des prototypes, pour voir si les tailles sont cohérentes. Du moment où les prototypes sont validés et que la gradation est faite, c’est lancé ! Mais je retourne quand même rendre visite à ma couturière (rires) »

Lors du lancement de la marque en 2016, la Maison proposait quelques modèles en petite quantité. Cette année, dix fois plus de pièces seront produites. La Maison MACCI a su créer son ADN et les imprimés sont réalisés sur-mesure. Il s’agit par ailleurs d’un travail d’équipe ! La professeure de peinture de Marie a dessiné l’imprimé corail et l’imprimé immortelle. Pour la collection 2018, Marie a travaillé avec Mr Grisoni, un passionné de botanique, pour sélectionner des fleurs endémiques, qui ne soient ni carnivores, ni toxiques. Les imprimés sont ensuite retravaillés et disposés sur le tissu par des stylistes graphiques, toujours sur les indications de Marie.

Les pièces des collections précédentes ne sont plus disponibles une fois la collection épuisée : le réassort est complexe et les séries sont très limitées. Surtout, il faut faire place aux nouvelles collections ! La collection principale est créée d’avril à octobre, à laquelle s’ajoute deux collections capsules pendant la saison estivale.
L’univers Maison MACCI est resté fidèle à la première collection : des lignes épurées et amples, des imprimés travaillés et symboliques, une matière première de haute qualité. De telles finitions, c’est beaucoup de travail ;

« C’est important pour Maison MACCI de conserver une qualité irréprochable. Ce sont des valeurs qui caractérisent la marque : je sais que mes clients achètent un produit qui va
durer. »

 

MADAME FIGARO L’adresse INCONTOURNABLE, l’élégance et la qualité Made in Corse

Jeune marque insulaire de prêt-à-porter féminin, Maison Macci met le savoir-faire français et la beauté de la Corse à l’honneur.

Passionnée depuis l’enfance par le dessin et la mode, c’est en 2015 que Marie Guglielmacci décide de réaliser son rêve et donner vie à ses croquis en lançant sa propre marque, Maison Macci. La griffe tire son épingle du jeu grâce à ses collections élégantes, empreintes du plus grand savoir-faire traditionnel. Mais surtout, Maison Macci s’illustre comme la seule marque de prêt-à-porter féminin entièrement créée et fabriquée en Corse.

Lire l’article sur Madame Figaro

OUVERTURE DE LA BOUTIQUE LE JEUDI 12 AVRIL 2018 !

L’hiver est maintenant terminé, nous pouvons ranger nos pulls et nos écharpes, le soleil du printemps pointe le bout de son nez…et nous voici de retour !

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la boutique Maison MACCI rouvrira ses portes le jeudi 12 avril 2018.

Installée dans l’un des immeubles les plus anciens de la ville de Calvi, la boutique est un écrin de 35 m², situé dans la montée du port, à l’extrémité de la rue piétonne Clémenceau. Comme vous le savez, la créatrice de la marque aime s’inspirer de son enfance et de ses souvenirs pour Maison MACCI. Même la boutique n’y échappe pas ! En effet, il s’agit d’un ancien appartement, situé sur le port de pêche de Calvi, on l’on peut y apercevoir la statue du Saint-Erasme entièrment restaurée par la grand-mère de Marie il y a une trentaine d’années. Dans ce décor atypique, dont le sol est fait de carreaux de ciment, les pièces de la collection sont suspendues à des portants dorés, comme des bijoux . Ce lieu est à l’image de la marque et de sa créatrice : empreint de souvenirs, marqué par l’histoire de la ville, et toujours intact malgré les années.

A l’arrière, se trouve l’atelier de création. Mais attention, il n’est pas ouvert au public… Il s’agit d’un petit jardin secret, où les prochaines collections prennent vie. C’est ici que tout a commencé, et Marie y passe beaucoup de temps lorsque la boutique est fermée au public.

Horaires d’ouverture de la boutique :

La boutique est ouverte d’avril à octobre. Pour toute demande d’informations ou commandes en dehors des périodes d’ouverture, n’hésitez pas à consulter notre collection sur l’eshop, ou bien à nous contacter directement via notre formulaire !

RENCONTRE AVEC MARIE, CREATRICE DE LA MAISON MACCI.

Marie, peux-tu nous raconter ton parcours ?

J’ai toujours été passionnée de dessin et aussi de haute couture. Je suis les défilés, mais ce qui me plaît par dessus tout, ce sont les plis, les coutures, les finitions. Lorsque j’étais adolescente, je faisais des jupes pour mes copines, en utilisant parfois les jeans de ma mère pour les transformer. A tel point que ma mère a fini par découper un de mes tee-shirts pour me faire comprendre que je ne pouvais pas continuer à cisailler ses vêtements (rires). J’ai toujours su que je voulais créer des vêtements mais je pense qu’avant mes 30 ans, je n’avais pas la maturité pour.

Est-ce qu’il y a une ou des personnes que tu admires particulièrement ?

Mes grands-mères cousaient toutes les deux. C’est à croire qu’il y a une histoire de génétique ! Ma grand-mère maternelle était couturière de métier et elle a réalisé une pièce que je trouve extraordinaire : un couvre-lit avec de toutes petites fleurs brodées, qu’elle a cousu et tricoté elle-même lorsqu’elle a épousé mon grand-père. Ma grand-mère paternelle possédait un mannequin de couture avec ses mensurations, pour réaliser ses propres vêtements sur mesure. Je l’ai conservé chez moi ! Elle faisait broder ses initiales partout – sur les mouchoirs, les coussins, les draps, les serviettes – et j’adorais cela car on avait le même nom. Je trouvais cela fantastique d’avoir, moi aussi, mes initiales brodées un peu partout. Cela me faisait rêver, et je me sentais spéciale. Je tiens beaucoup à ma famille, d’ailleurs, beaucoup d’éléments de la Maison MACCI sont des références à des souvenirs d’enfance.

La Maison MACCI, c’est finalement un rêve qui devient réalité ?

On peut dire que oui (rires).

Est-ce que tu as une anecdote ou un souvenir marquant à nous raconter ?

J’ai une petite anecdote à vous raconter…Le jour où ma meilleure amie s’est mariée, j’étais son témoin. Lorsque le maire a annoncé « profession du témoin : styliste », on a
tous éclaté de rire car ce n’était pas le cas. Mais tout le monde savait que c’était mon rêve de le devenir. Et finalement c’était prémonitoire !

Quelle est la pièce la plus emblématique à tes yeux ?

Il y a une pièce phare de la maison : c’est le chemisier « Primu ». Je le voyais tellement spécial, que je voulais le faire produire, pour voir le rendu dans la matière. Il y a aussi l’imprimé Corail qui est l’emblème de la maison : il s’agit d’un imprimé auquel je pense depuis longtemps.

À LA DECOUVERTE DE LA MAISON MACCI.

D’où vient l’inspiration de la Maison Macci ?

Par où commencer pour vous raconter cette histoire pleine de rebondissements ? Essayons déjà de vous conter le début, les prémisses, les balbutiements…

« J’ai toujours dessiné des croquis de vêtements, que des vêtements et des vêtements, en sachant qu’un jour ils prendraient vie. Il y a toujours eu ce petit truc en moi qui me poussait à y croire ! Je ne suis pas passionnée par la mode actuelle, je ne suis pas une suiveuse de tendance, bien au contraire. Ma passion: c’est les matières, les coupes, les finitions. »

Depuis toujours, Marie ne rêve qu’à une seule chose : se lancer ! Au fil du temps, elle se documente sur la couture, le modélisme, les finitions, la fabrication des matières. Dès le départ, son objectif était de confectionner en France : elle connaît le savoir-faire français et sa qualité inimitable, et souhaite rester une marque qui valorise la proximité de la production.

« Lorsque l’on regarde une personne, même si elle nous paraît belle, ce sont ses qualités et son caractère qui vont nous séduire. La beauté de premier abord est appréciable, seulement quelques instants : il faut échanger pour se découvrir ! Pour moi, les vêtements c’est la même chose : une robe peut paraître belle, mais ce qui est important, c’est « son intérieur », c’est-à-dire ses finitions, ses coutures. »

Lorsque la créatrice rencontre une couturière qui accepte de la suivre dans son projet, c’est l’explosion de joie. Des dizaines et des dizaines de croquis avaient été entassés, certains datant de plusieurs années en arrière. Elle en sélectionne quelques-uns, les modifient, les retravaillent. Il ne manque plus qu’un seul élément : la matière première !

« Je voulais vraiment une matière noble, je voulais créer des pièces de qualité, des vêtements que l’on se transmet de mère en fille. La soie est alors devenue la matière principale des collections. »

Une couturière hors pair, un savoir-faire de haute qualité, une matière noble : tous les ingrédients sont réunis pour que Marie se lance enfin…. à un détail près. Il faut maintenant choisir ce qui représentera la marque. En Corse, le corail est présent dès notre naissance : nous l’accrochons aux poussettes des bébés, autour du cou ou en bracelet. Il s’agit d’un cadeau de grande valeur, puisque le corail permet de se protéger du mauvais oeil. Le symbole parfait pour lancer la première collection et profiter du bon aura de cet imprimé, intimement lié aux traditions locales.

« La moindre pièce que je dessine, les imprimés, la moindre couleur du tissu que je choisi : tout est lié à une histoire qui touche à mon enfance, à ma famille, à mes plus beaux souvenirs. »

C’est ainsi que l’aventure Maison MACCI a commencé. Et Marie vous dira probablement avec un sourire aux coins des lèvres ;

« Je ne peux pas prévoir l’avenir, ni ce que je ferai dans cinq ans. C’est mon insouciance qui m’a aidé à me lancer. Ce que je sais, c’est que j’ai réalisé mon rêve et j’en suis fière. Je vis une aventure extraordinaire ! »

 

Si l’on croit fort en son projet et en ses envies, il faut y aller. Il faut être sûr de soi et foncer, pour ne pas avoir à se demander toute sa vie si l’on est passé à côté de quelque chose.

La créatrice de mode dite ” La Pile”.

La Corse a connu de tout temps des femmes à forte personnalité, au caractère bien trempé, et capable d‘inventivité et de créativités exceptionnelles.

Dans le monde de la mode, Marie Guglielmacci, une Calvaise au talent reconnu, à réussi à prendre une part dont le rayonnement ne cesse de grandir.

http://www.journal-lepetitcorse.fr/actualites-corse/

Article “Le Petit Corse”.  N°50 Juillet 2017